LE MANQUE D'ATTACHEMENT ET LES CONSÉQUENCES

SANDRA LACOMBE

Attachement avec un parent immature
24 mars 2021 adminsandralacombe

Attention !  Cet article est non exhaustif. Il est conseillé de choisir le discernement afin d’arriver à inclure l’information dans le contexte de votre réalité.

 



 

L’attachement de l’enfant

On discute d’une problématique souvent vécue par les enfants de parents immatures, et c’est le manque d’attachement ressenti tout au long de l’éducation et même plus tard à l’âge adulte.

Évidemment, on ne ressent pas ce manque clairement. Je veux dire qu’on ne le comprend pas. On se sent mal, mais on ne sait pas pourquoi.

À quoi sert l’attachement quand on est enfant ? 

L’attachement sert à assurer les besoins de base soit la protection et les soins corporels. Mais, ce n’est pas tout et c’est loin de suffire. L’attachement qu’on dit sécurisant sert à soulager la détresse émotionnelle et à restaurer l’homéostasie dans le corps. 

Quand on parle de détresse émotionnelle, on parle des grosses émotions telles que la colère, la tristesse, le stress, de l’humiliation, etc. Ça veut dire que nos parents devaient nous montrer : comment vivre ses émotions, comment les exprimer, comment les laisser-aller. Ça veut aussi dire qu’avant même d’en arriver à nous montrer tout ça, ils devaient savoir le faire pour eux-mêmes. 

L’attachement sain encourage aussi l’enfant à explorer et à trouver en lui les réponses à la vie. 

Ça veut dire laisser l’enfant prendre des risques et l’encourager même si la réussite n’est pas gagnée. Ça implique aussi d’approuver son enfant quand il est autonome, quand il exprime bien ses besoins, quand il exprime bien ses émotions, quand il exprime ses opinions et ses idées. Donc, on pourrait dire, quand l’enfant est purement authentique, le parent stimule cette attitude chez son enfant. 

Il y a aussi un impact biologique et neurologique lorsque les parents arrivent à bien créer un sentiment d’attachement. Nos parents arrivent à faire des liens entre les sensations ressenties dans le corps, les évènements et les émotions qui en découlent. Donc, le cerveau cognitif, fait des liens entre tout ce que l’enfant apprend. Ensuite, il peut réutiliser ceci dans d’autres situations. 

Qu’arrive-t-il si nos parents n’ont pas su créer l’attachement avec nous et en nous ?

Si on reprend ce que j’ai dit plus tôt, j’ai parlé d’attachement sécurisant et on a observé que, par exemple, c’était là où on apprenait à maîtriser ou non nos émotions. 

Alors, quand on arrive à l’âge adulte, on sait ou non fonctionner émotionnellement correctement ou avec difficulté. 

Prenons un exemple :

Si pendant que vous aviez une crise, vos parents restaient muets, fuyaient, se mettaient en colère et vous forçaient à vous taire, vous n’avez jamais appris à vivre vos émotions. 

Alors, à l’âge adulte, quand un évènement survient, vous n’avez jamais appris à savoir comment réagir adéquatement. Donc, vous retournez dans ce que vous connaissez. Si on vous à fait taire, vous vous taisez. Si on vous a fait peur, vous avez peur. Et ça continue comme ça. Trouver la façon dont vous avez été émotionnellement traité et vous trouverez vos patterns.

Ensuite, on dit que les parents qui créent un attachement sain avec leurs enfants les laissent découvrir le monde au travers de leurs erreurs et de leurs idées.

  • C’était, entre autre, la base à la confiance en soi. 
  • C’était les fondations à la découverte de son authenticité.
  • C’était le lit sur lequel on pouvait coucher toutes nos idées de génie.

Donc, cette créativité-là a pu nous être retirée. 

À l’inverse, on a pu développer nos peurs. La peur d’être soi, la peur d’être vrai, la peur d’en faire trop, la peur de ne pas être approuvé, la peur de ne pas être aimé, la peur d’être seul, et la liste continue.

Comment développer l’attachement ?

C’est simple, réaffirmer le droit d’être tout ce qui vous a été retiré. 

  • J’ai le droit de m’exprimer.
  • J’ai le droit d’avoir une opinion. 
  • J’ai le droit d’avoir des émotions.
  • Mais, attention. Jamais au détriment d’une autre personne. 

Je ne crois pas que s’affirmer veule dire J’AI RAISON et TON OPINION NE VAUT RIEN. Ça veut dire que je considère mon opinion autant que la tienne sans avoir peur de me tromper, sans avoir peur de l’exprimer et sachant que je suis ouvert à la changer au besoin. C’est une opportunité. 

Maintenant, vous aviez besoin de sécurité émotionnelle ? Offrez-vous-la !

Qu’est-ce qu’un parent devait faire pour vous rendre émotionnellement mature ?

  • Vous montrer à écouter vos émotions
  • À vous offrir les bons mots pour les exprimer.
  • À vous montrer quand terminer le cycle.

Ce sont des exemples. Alors, offrez-vous tout ça ! 

Comment écouter vos émotions : assoyez-vous dans le silence, écoutez-vous. Listez ce que vous ressentez.

Comment vous offrir les bons mots pour exprimer vos émotions. Faites des recherches. Raffinez votre vocabulaire et cherchez ce qui se rapproche le plus de ce qui est vécu à l’intérieur de vous.

Comment terminer un cycle émotionnel ? Faites des cours, lisez.

Vous ne serez jamais votre parent, vous serez l’adulte qui passe à l’action pour faire ce que le parent aurait dû faire. C’est notre responsabilité.

Voilà !

Maintenant, si vous croyez avoir été émotionnellement négligé par des parents immatures peut-être avez-vous envie de savoir si c’est le cas. C’est possible d’avoir une réponse immédiate en faisant le quiz. En quelques minutes vous ressortirez avec un nouveau vocabulaire pour expliquer ce que vous ressentez et une idée claire à savoir si vous avez été victime de négligence ou d’abus émotionnel.  

Écoutez la capsule vidéo ci-dessous. Si vous préférez, l’audio se trouve plus bas sur cette page.

On se retrouve bientôt,

 



N’oubliez jamais, le bien-être, ce n’est pas que pour Bouddha!