APPRENDRE À LAISSER-ALLER ET FAIRE CONFIANCE

SANDRA LACOMBE

Apprendre à laisser-aller, renoncer et faire confiance
28 février 2019 adminsandralacombe

Attention! Ce texte est une capsule non exhaustive. Choisissez le discernement chaque fois que vous vous inspirez dans vos lectures et vos apprentissages.

Laisser-aller et lâcher-prise

« Sandra, comment fais-tu pour te sentir libre émotionnellement après tout ce que tu as vécu ? » m’a dit un jour une cliente.

« Tu ne veux pas te venger ou crier à l’INJUSTICE ou pleurer sur ton sort pour le reste de ta vie ??? »

Êtes-vous comme moi et avez-vous passé des années de votre vie à vivre dans le ressentiment et le besoin de corriger le passé ?

Je peux vous assurer que j’ai vécu des années dans cet état d’esprit. J’espérais que les gens qui m’ont fait du mal trouvent en eux le courage d’avouer leurs erreurs et je souhaitais en silence les voir changer radicalement.

La réalité ? C’était à moi de changer radicalement. Non pas parce que j’étais celle qui avait tort, mais parce que je ne savais pas comment négocier avec les trous-du-cul autour de moi. Ouep, je l’ai dit !

[Trou-du-cul n.m. déf. Personne extrêmement souffrante intérieurement n’ayant pas appris à reconnaître sa propre valeur et qui cherche à détruire inconsciemment l’autre par différents moyens et tactiques pour démontrer un pseudo sentiment de supériorité dans le but de ressentir un soulagement temporaire dû à l’accumulation de merde qu’il n’arrive pas à évacuée de façon naturelle ; d’où le terme trou-du-cul.

Extrait du dictionnaire Lacombe 2019, jamais publié. Pour le terme féminin, voir la page — pour l’instant inexistante — le mot « Bitch ».]

Nous avons tous de ces insectes nuisibles dans notre entourage, n’est-ce pas? J’ai certainement été une B*@$* par le passé. Il est bon de se pointer du doigt et trouver le courage de s’avouer la perfection de nos blessures. BREF!

On nous apprend bien des choses dans la vie, mais, en général, on oublie de nous apprendre l’essentiel : le comportement de l’esprit humain et comment trouver sa force intérieure. Vous savez cette fameuse sagesse de vie… vous avez déjà entendu parler de ceci à l’école ? Non ? À la maison peut-être ? Pas vraiment ? Soupir… c’est de cette sagesse que je parle.

Alors, voilà. Avec un recul plus sage, on comprend que les choses surviennent dans notre vie pour nous permettre de grandir.

À l’âge adulte, on attire à soi certaines expériences, parce qu’inconsciemment, selon moi, nous n’avons pas encore appris à écouter notre intuition, nous n’avons pas appris à imposer nos limites et parce que nous ne connaissons pas grand-chose de la force et de la valeur de notre soi, de notre essence, de notre authenticité.

Un état d’esprit du laisser-aller

Si vous voulez laisser-aller vos histoires personnelles pour évoluer, vous devrez démontrer de nouvelles qualités. Qualités qui, soit dit en passant, requièrent un certain niveau d’apprentissage et un désir d’outrepasser sa peur.

1. Opportunité ou Malchance ?

Comment voyez-vous ce qui se déroule sous vos yeux ?

Si vous vous regardez les évènements à partir de votre force intérieure, vous comprendrez inévitablement que vous prendrez les décisions appropriées à la situation.

Exemple :

Vos parents sont incapables de reconnaître vos émotions. Ils ridiculisent ce que vous ressentez parce qu’au fond d’eux-mêmes, ils sont incapables de reconnaître ce qu’ils sont et par le fait même ils se sentent menacés intérieurement lorsque vous leur dites qu’ils ont tort de vous traiter comme il le font.

Dans un cas comme celui-là, la force intérieure prend une décision ! Qu’est-ce que la force en vous peut faire :

  • Je ne partage plus mes histoires personnelles avec eux puisqu’ils m’utilisent pour assouplir leurs souffrances. Je me choisis.
  • Lorsqu’ils tentent de renier ce que je ressens, je les arrête immédiatement sans possibilité d’appel. Au diable, ce qu’ils penseront de moi. Je demeure inflexible à ce sujet, mais je le fais avec amour de moi et dans le respect. Sachant très bien maintenant qu’ils ne comprennent pas leur propre souffrance et qu’ils projettent sur moi ce qu’ils sont eux-mêmes.
  • Je mets un terme à la conversation en changeant de sujet, sachant très bien qu’ils vivent dans un petit soi qui se sent faible. Je ne peux pas les aider. Il n’y a qu’eux qui peuvent choisir d’évoluer et ils ne sont pas rendu là visiblement.
  • Je les vois de moins en mois puisqu’ils m’utilisent pour ressentir une forme de supériorité. Ce n’est pas vrai que les relations familiales sont plus importantes que tout et se font au détriment de ma personne.

Ce ne sont que des avenues possibles des décisions qui s’offrent à vous. Prenez des décisions authentiques, qui vous ressemblent et qui, quand vous les utilisez, vous font prendre de l’expansion. Vous êtes dans votre puissance. Vous n’êtes pas coincé dans la situation et vous agissez pour vous.

Le but n’est pas de devenir individualiste et de faire les choses au mépris du bonheur des autres. Le but est de choisir un chemin sain et de ne plus être utilisé par ceux qui méprisent votre bien-être.

En voyant ceci comme une opportunité d’utiliser votre force intérieure pour grandir, vous évoluer à pas de géant! Cependant, si vous négligez votre force et préférez utiliser des pensées où vous êtes la victime, vous resterez coincé dans vos histoires personnelles.

Vous êtes la victime si vous laissez l’autre vous utilisez. Vous n’êtes plus la victime si vous ne laissez plus l’autre vous utilisez.

2. On ne nous apprend pas à laisser-aller

Le processus sain des émotions n’est pas enseigné ni en classe ni dans les familles. Comme on a appris à refouler nos émotions, comment est-il possible de laisser-aller émotionnellement les choses lorsque vient le temps de le faire ?

  • Ne pleure pas pour ça. (Ce que je ressens n’est pas important.)
  • Sois gentil à l’école. (La gentillesse au détriment de l’authenticité.)
  • Tu écoutes ce que les autres te disent de faire. (Même si je n’ai pas envie de vivre certaines expériences, je dois le faire pour faire plaisir aux autres. Mon essence, ce n’est pas important.)
  • Pense à ton avenir. (Ce qui est véritable est le succès extérieur et non le succès intérieur)

Constatez-vous la problématique dans ses affirmations dites « normales » ? Nous sommes nourris et envoyés sur le convoyeur du « fais comme les autres, ne dérange pas et ne t’écoute pas ». Et, personne n’a eu besoin d’utiliser ses mots pour qu’on emmagasine ces messages !

La culture est ingénieuse vous ne trouvez pas ? Donc, on s’accroche aux situations puisqu’on n’est jamais parvenu à entendre la vérité de nos émotions. Nous ne sommes jamais parvenus à écouter nos émotions, car nous avons dû les enfouir pour plaire et obtenir l’approbation.

Alors, on est les bons petits garçons et les bonnes petites filles et tout à coup on rencontre un trou-du-cul. Alors, plutôt que d’écouter notre intuition, notre authenticité, notre vérité et ce que nos émotions nous disent de faire, nous sommes aspirés dans le vortex des idées passées :

  • Ne bouge pas et accepte sans rien dire si tu ne veux pas être puni.
  • Ne parle pas pour toi.
  • Ne fais pas de vague.
  • Sois gentil.

ET CE, MÊME SI VOUS HURLEZ, CRIEZ ET TAPEZ DU PIED depuis tout petit pour vous faire entendre! Le fait d’être en colère ne démontre pas votre force intérieure. Le fait d’être en colère aujourd’hui est l’expression d’avoir été brimé de votre droit de ressentir vos émotions ou le droit de prendre une décision pour vous.

Une colère passagère (qui est saine) et une colère que l’on traîne avec soi (qui est malsaine), ce sont deux choses bien différentes. Lorsque vous ne laissez pas aller vos histoires passées, c’est que quelque chose vous y attache.

Réfléchissez bien aux idées inconscientes auxquelles vous vous soumettez aujourd’hui. Est-ce qu’elles proviennent de votre passé ? Est-ce que chaque fois que l’univers vous envoie une situation difficile vous réagissez toujours de la même manière ? Si oui, alors, vous devez retourner dans votre éducation pour comprendre les messages acquis qui vous maintiennent dans une forme de faiblesse intérieure.

Le deuil est normal. La colère est normale. Le sentiment de perte est normal. Mais, si vous êtes coincé… là ce n’est plus normal.

Le refus de laisser-aller, ce n’est pas sain. Vous continuez de souffrir jour après jour, pour ne pas dire heure après heure. C’est pour cette raison que je vous dis que le laisser-aller demande un certain apprentissage de votre part. Vous devez rééduquer vos émotions.

Pour l’instant, vous êtes en mode survie. Votre territoire émotionnel se sent menacé. Et comme vous n’utilisez pas les bons outils pour vous transformer, vous stagnez.

Un esprit conscient est requis.

Le processus de guérison et de laisser-aller

L’apprentissage du laisser-aller vous demande de ne plus vous soucier de réparer la situation. Vous devez vous détacher du désir de corriger les autres et faire confiance en votre force.

Vous devez comprendre que l’évolution du cerveau de l’enfant demande 25 ans. Alors, vous réaligner en une journée serait fantastique, mais peu réaliste.

Devenez votre propre parent. Rééduquer vos émotions, moment après moment. Permettez-vous de ressentir les émotions.

Affirmation quotidienne

Soignez votre force intérieure. Acceptez votre droit de dire ça suffit.

Répétez-vous ceci :

Cette personne a utilisé sont petit soi et m’a blessé. Elle ne m’a pas blessé MOI, elle a réagi en fonction de ce qui est brisé en elle. Par contre, je dois prendre une décision en fonction de MOI. Et, MOI, je mets un terme à ceci maintenant. Je ne lui octroie plus de pouvoir sur MOI. Je prends les décisions avec ma force authentique et mon droit de dire NON, ça suffit. Peu importe la réaction que pourrait avoir cette personne. Je ne veux pas la blesser, mais je l’empêche d’escalader le mur de ma beauté intérieure pour s’infiltrer dans mon royaume.

Voilà!

Le chemin vous intéresse?

Recevez mon dernier eBook Comment ne plus passer à côté de sa vie et trouver sa vraie nature. 

Agissez maintenant pour dessiner un futur brillant et lumineux… 

TÉLÉCHARGEZ VOTRE COPIE MAINTENANT

Comments (0)

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*